Panier 0

La perle de Tahiti : culture de l’excellence

La perle de culture de Tahiti fait l’objet d’une classification extrêmement précise, basée sur l’analyse de 5 critères déterminants qui sont la forme, la surface, le lustre, la taille et la couleur.

 

Il existe plusieurs formes de perle et plus cette dernière sera ronde, plus sa valeur augmentera.

Les rondes/semi-rondes : ce sont des sphères quasi parfaites. Ces perles sont les plus rares et ne constituent que 10% d’une récolte.

Les semi-baroques : elles offrent au minimum un axe de rotation et revêtent la forme de poire, goutte, ovale ou bouton.

Les perles cerclées : caractérisées par au moins un cercle concentrique, sous forme de bourrelet ou de sillon, elles représentent l’essentiel de la récolte.

Les baroques : sans forme définie (irrégulière) elle n’offre aucun axe de symétrie.

Qu’est ce qu’un keishi ?

Certains bijoux Taboupoé sont réalisés avec des keishis Il s’agit de petites perles « non nucléées ». Ceci arrive quand l’huître porteuse rejette le nucléus après la greffe.  Le greffon resté dans l’huitre sera tout de même recouvert de nacre et formera ainsi une petite perle irrégulière, baroque, avec parfois les mêmes qualités de couleur et de brillance que les perles nucléées.

 

La qualité de la perle est un critère de choix qui s’attache à la surface et son lustre.

Il existe 2 types de classification :

– le système GIA (Gemological Institute of America)

– le système utilisé par le Service de Perliculture de Polynésie que Taboupoé emploie afin de qualifier précisément les perles que nous utilisons.

 

Catégorie A : perle présentant au plus une imperfection ou un groupe d’imperfections légères concentrées sur au plus 10% de sa surface. Très beau lustre. Correspond à AAA ou AA+ par le GIA.

Catégorie B : perle présentant quelques imperfections légères concentrées sur au plus 30 % de sa surface. Lustre beau ou moyen. Correspond à AA par le GIA.

Catégorie C : perle présentant des imperfections légères concentrées sur au plus 60 % de sa surface. Lustre moyen. Correspond à A+ par le GIA.

Catégorie D : perles présentant soit des imperfections légères sur plus de 60% de la surface, sans imperfections profondes, soit des imperfections légères et profondes concentrées sur au plus 60% de sa surface. Lustre faible. Correspond à AAA par le GIA.

 

Le lustre – ou éclat ou brillance – correspond à la réflexion plus ou moins parfaite de la lumière sur la surface de la perle. Il dépend de la régularité, de l’épaisseur et de l’agencement des couches perlières.

Un lustre excellent correspond à une réflexion totale de la lumière, donnant un effet miroir.

Une perle sans lustre correspond à un aspect mat de la perle.

 

La taille de la perle se mesure en millimètres par le diamètre et dans le sens de la largeur pour la semi-baroque.

Si les plus petites ont un diamètre de 7.5 mm, la taille moyenne se situe plus couramment autour de 11,5 mm.

Au delà de 12 mm elles sont plus rares et représentent une infime partie de la récolte.

 

La couleur de chaque perle est unique. Sur une base allant du gris au noir, les nuances sont multiples : bleu, vert, rose, doré, aubergine, « aile de mouche », parfois même blanc. L’appellation commerciale peut donc être trompeuse car les perles noires de Tahiti ne sont pas toutes noires mais il semblerait que cet « abus de langage » soit dû au nom de l’huître utilisée : Pinctada Margaritifera à lèvre noire. Les perles aux reflets très nuancés comme aubergine, peacock – vert paon – ou encore bleutées sont plus rares et plus chères que les perles grises ou noires.

 

Afin de garantir l’excellente qualité de nos perles, nous nous attachons à accompagner chacune de nos créations d’un certificat d’authenticité faisant mention de ses différents critères.

Taboupoé fait le choix de ne sélectionner que des perles de catégorie A dont la beauté et le lustre sont sublimés par les montages que nous vous proposons.